--- : BIENVENU SUR LE SITE DE LA PNA :---

Mot du Directeur

Directeur

Changer de paradigme pour améliorer l’accès à des médicaments essentiels de qualité pour nos populations!

La demande de plus en plus importante de médicaments particulièrement dans le contexte sanitaire actuel marqué par la pandémie à Coronavirus COVID -19 ainsi que la complexité du marché pharmaceutique international doit amener tous les acteurs de la santé à se réajuster et à s’inscrire dans une dynamique de gestion rationnelle des produits de santé .

Tous les maillons de la chaîne d’approvisionnement privés comme publics sont impactés par la pandémie et ce dans tous les pays. Les pénuries de médicaments sont mondiales! Les incertitudes dans l’approvisionnement sont de plus en plus importantes. Inutile de chercher de midi à quatorze heures, l’industrie pharmaceutique n’a pas été épargnée par la pandémie et les gros importateurs comme notre pays payent le plus fort tribut des restrictions liées à une offre bien en deçà de la demande. Les pays producteurs se servent d’abord avant de servir les autres bien entendu.

Mon message d’aujourd’hui s’adresse donc particulièrement aux prescripteurs car l’heure est venue de changer de paradigme en matière de prescription pour améliorer la qualité de la prise en charge thérapeutique des populations . Changer en quoi faisant ?
Il faut tout simplement, d’une part, commencer par prescrire les médicaments sous la forme de leur dénomination commune internationale (DCI), d’autre part, d’utiliser de manière optimale les équivalences thérapeutiques.

Il n’est, en effet, plus concevable qu’en 2020 les populations continuent de faire le tour des officines de pharmacie à la recherche de spécialités pendant que le produit existe sous sa forme DCI dans les officines et /ou dans les postes ou centres de santé.
Prescrire en DCI c’est faciliter la tâche au pharmacien qui s’évertue à proposer un produit de substitution tout en restant dans l’orthodoxie en la matière. Toutefois, il est quelquefois difficile de convaincre des populations pas suffisamment préparées à cet exercice.

La DCI est conçue par l’Organisation Mondiale de la Santé. Elle est universelle et correspond au principe actif du médicament. C’est donc une désignation scientifique.
Le paracétamol et la morphine sont des DCI tout comme le phénobarbital commercialisé sous le nom de Gardenal est une DCI.

Il faut éviter de créer la panique et la confusion dans l’esprit des populations.

Nous devons les aider à trouver le bon produit au bon endroit et éviter de les amener à recourir au marché informel et à les exposer ainsi aux risques liés aux médicaments contrefaits qui s’y trouvent.
Les prescriptions sous forme de DCI familiarisent les utilisateurs avec le traitement et son mode d’action’. Elles participent grandement à une forme d’éducation à l’usage de médicaments.
Si nous voulons soulager nos populations qui supportent encore en grande partie le lourd fardeau des dépenses de santé , il est grand temps que nous nous affranchissions des stratégies commerciales des firmes pharmaceutiques qui dans leurs éternelles guerres de positionnement n’hésitent pas à faire subtilement la promotion de leurs produits en annonçant tambour battant leur rupture sur le marché.

N’ayons pas de scrupules, développons le marché des génériques de qualité, les pays qui ont obtenu leur souveraineté en matière de médicaments l’ont obtenu parce qu’ils ont osé devenir des « génériqueurs ».
En adoptant cette stratégie nous contribuons à la promotion et au renforcement de l’industrie pharmaceutique locale et nous dressons en bouclier contre les monopoles !

Chers amis marchons ensemble pour le renforcement du capital humain.
Attaquons nous aux maux au lieu de nous servir des mots!

Dr Annette Seck Ndiaye. Directeur de la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement du Sénégal